Youval

Youval s’explique dans « VOUS SAUREZ TOUT »

Bienvenue dans notre rubrique « Vous Saurez Tout ». Des personnalités de la culture et autres, nous dévoileront leurs traits de caractère en répondant à 11 de mes questions épicées. Aujourd’hui, c’est notre cher Youval qui s’y colle, autant vous dire qu’avec ce personnage, aucune question n’est tabou.

1) Tu n’es sans doute plus à présenter mais pour le fun, allons’ y. Qui est Youval ?

youval

Tout simplement « La » personnalité la plus importante de la culture en France. Je suis celui qui donne le ton car ma voix est importante. Un danseur qui porte ses « couilles » et certainement l’ambassadeur de la danse en France vu par les étrangers. Je suis omniprésent depuis des années, ce qui me donne un gage de crédibilité aux yeux de tous. En finalité, je suis un passionné qui a su gravir les échelons et qui sait se renouveler au fil des années et ce pour la nouvelle génération. J’ai toujours proposé des nouvelles choses et c’est ma vision du Hip-Hop qui me fait rester en haut du podium. Je reste tout de même quelqu’un d’hyper accessible pour tous, que tu sois connu ou pas.

2) Dans ce cas, que reproches-tu aux anciens qui t’accusent de t’approprier notre culture et ce, justement en inculquant ta propre vision aux jeunes ?

Déjà, j’ai toujours su me remettre en question et proposer du renouveau constamment. Je suis celui qui a le plus d’abonnés sur Facebook. J’anime ma communauté Fb quasiment tous les jours. Peut-être qu’à travers moi, certains me voient comme un guide mais la question que je poserais aux Anciens : « Est-ce moi qui vous empêche de faire quoique ce soit ? Non. Ils se voilent la face à toujours vouloir m’imputer tous les maux du Hip-Hop. Qui est le plus coupable d’après toi, celui qui fait ou celui qui ne fait rien ? Personne ne les empêche de mettre des choses en place pour éduquer cette génération, sauf qu’il est toujours plus simple de dire « de toute façon, TOUT est la faute de YOUVAL ».

Moi je suis juste coupable de mon activisme exacerbé, celui qui me met au cœur des choses. Me pointer du doigt n’améliora pas la situation. En 2007, quand j’ai crée le Vertifight (entité du mouvement électro), plus personne de la culture Hip-Hop ne voulait m’employer car je faisais de l’electro. On se permettait même de juger ma vie.

En septembre 2008, je me suis bougé le « cul », on m’a reprogrammé et j’ai relancé les mouvements à la Défense. Si tu fais pas les choses, compte pas sur les autres pour les faire à ta place. Les jeunes écoutent ceux qui sont présents et visibles. Aujourd’hui c’est moi et si demain il y a mieux, ben ils iront ailleurs, le cycle de la vie quoi. Moi je vis le Hip-Hop et je suis avant-gardiste. Nous sommes dans une culture compétitive, alors est-ce ma faute si je suis une formule 1 ? J’ai rien volé a personne. J’ai bossé plus dur que d’autres. Je respecte les anciens qui me respectent. Je respecte aussi ceux qui essayent de faire bouger les choses sans faire peser sur mes épaules le poids de leurs échecs. Faut prendre ses responsabilités. Le Hip-Hop n’appartient à personne. Je doute que cette nouvelle génération ait conscience du passés, des enjeux du moment, et de la direction que prend notre mouvement.

3) Que t’évoques le mot « Mafia » dans notre culture ? Penses-tu y appartenir ?

La Mafia du Hip-Hop en France c’est juste un terme pour qualifier les échecs de beaucoup de danseurs. Ils clament les mots Mafia ou boycott à tout va lorsqu’ils ne participent pas à un événement. Aucune pseudo Mafia peut vous barrer la route quand vous êtes un tueur. Si tu en es un, tout le monde t’emploies. Beaucoup de gens pensent qu’il suffit juste de danser pour que l’on vous remarque ou qu’on vous Book partout. Mais ils oublient qu’aujourd’hui, l’image et la communication sont des gros atouts. Un consortium d’organisateur en France n’existe pas sinon ça se saurait.

Ensuite une mafia sous entendrait que ce sont les mêmes personnes qui jugeraient tous les gros Battles. On sait tous que c’est parfaitement faux. Il y a des tendances de jurys chaque année. Un juge doit se promouvoir, se montrer, il faut qu’il soit courtisé et qu’il puisse séduire les organisateurs. Moi je suis dans aucune Mafia. J’ai pas d’événements. Je travaille même pour ceux qui me détestent parce qu’en revanche je suis quasi indispensable pour eux, tellement je suis Pro. Mais j’évite au maximum de proposer des juges.

En définitif, ce sont les orga. qui placent leurs prestataires en fonction de leur Background, actualité ou copinage. Nous sommes personne pour prendre les décisions à la place des autres. Vichy c’était avant. En tout et pour tout, si j’avais été dans une Mafia j’aurai été le Parrain, bon… je le dis parce que ça m’amuse.

4) Mais être l’ami de Youval, justifie t-il d’une place en tant que juge ou autre prestataire ?

Etre mon ami te place forcement bien, malgré toi. Tous mes amis, pour beaucoup, l’étaient avant que je ne sois une grosse tête. Car quand j’écris ou fais mes retours sur les événements via mon mur Fb, je peux mettre les miens en avant. Apres tout, tout le monde fait ça. Que mes amis soient à ma droite ou a ma gauche, ils seront forcement au cœur des choses. Je reprécise que mes amis ne sont juges que si l’orga. le décide. On n’est pas la Mafia. Un orga. c’est pas non plus l’idiot du village. Apres évidement que je peux parfois intervenir dans la proposition mais au final qui dit Oui ou Non ?

Je pense sincèrement que tout le monde place ses amis. Certains ne se gênent pas pour se revendiquer de mon équipe auprès des orga. lors d’évènements que j’anime. Je connais mon statut dans ce Game et je sais que plus on m’en met sur le dos, plus ça arrange beaucoup de monde. Chacun devrait balayer devant sa porte.

5) L’univers de la culture est un peu comme une jungle Urbaine. S’il fallait te définir en animal, que serais-tu ?

Un Lion, car je suis fait pour être une tête. On peut vouloir être ambitieux mais faut pas se mentir à soi même. Je voulais être quelqu’un d’important et je me suis employé à l’être. Le Lion me représente très bien.

6) Selon toi quelles sont les qualités requises pour être un bon speaker ?

Avoir sa propre personnalité, connaitre et s’intéresser à fond à l’univers du danseur. Connaitre l’actu., suivre les tendances. Savoir se faire respecter et respecter les danseurs. Montrer qu’on est un atout pour un orga. Nous sommes la colonne vertébrale de l’événement donc faut se préparer en amont et connaitre son plateau artistique. C’est un vrai Taff de fou. Surtout ne pas avoir peur d’apprendre de ton binôme. Après moi perso, je suis le meilleur Speaker de Battle du Monde, j’en suis persuadé et pour me le prouver, je n’ai qu’à regarder mon agenda.

7) Que faut-il faire pour tenter de vivre de la danse ?

Déjà pour vivre de la danse, faut s’enlever de la tête, les Battles. Un danseur c’est pas un mec qui fait des Battles car en réalité les Battles, c’est toujours une histoire d’égo. Le danseur se perfectionne, fait des auditions, des castings, donne des cours, danse en solo ou compagnie et s’administre. Vivre de la danse je suis pas sur que ça soit la meilleure solution car tu peux finir par la détester à force de devoir danser autre chose que ta discipline ou danser derrière un artiste que tu détestes. Mais comme il te faut vivre, tu n’as pas le choix. Si tu veux vivre de la danse, lève le pied sur les Battles et concentre-toi sur ta carrière de professionnel, « La fameuse course à l’intermittence ». Danseur c’est un métier et en vivre c’est toute une philosophie qui t’oblige à viser autre chose que le format Battle.

8) Que t’évoque cette photo polémique et de surcroît parfaitement assumée du danseur Breakball Players, qui défie la chronique à son tour.

boubaJe trouve que ça ne se fait pas car tout le monde peut faire des montages sur tout le monde mais là, c’est ciblé. Imaginons qu’il arrête de juger, est ce que ça fera stopper toutes les polémiques de jugements de chaque Battles ? Moi je préférerais que Playerball aille directement défier la personne en question car ce genre de procédé ne se fait absolument pas. Ni pour le juge ni pour un autre. T’en fais un c’est amusant, mais la ça tourne au lynchage. Qu’est-ce qui peut justifier ça ?

Je connais les motivations de Playerball mais il y a d’autres manières de le faire. Ça peut engendrer beaucoup de choses ces conneries et ça en devient malsain. Les gens profitent de ça mais pourquoi alors ne pas mettre tous les jurys qui fautent selon les gens. Là il y en aurait eu des photos. Faisons le aussi pour les danseurs qui ne sont pas correctes avec les orga. je pense qu’il y aura de quoi écrire. 

9) Les Demoiselles dans le milieu de la danse Hip-Hop sont-elles devenues légitimes ou pas selon toi ?

Elles ont leurs places mais intéressent t-elles réellement les danseurs ou les orga. En break Bof ! En France personne ne croit vraiment aux B.Girls. Quand j’écoute ou lis les retours, ça ne me fait pas plus Triper que ça. Je dirais qu’avant les B.Girls étaient plus fortes et nous représentaient mieux. Après on les supporte tout de même mais on y croit pas des masses quoi. En revanche en New-style, elles sont beaucoup plus fortes pour taper l’international. En Popping on en attend plus et en House dance il y a un vrai Level.

10) Que nous vaut la vie parallèle de Youval au sens intime et sans son armure Hiphopienne ?

Ben ça va ! Moi je suis heureux. Je suis pas très dragueur mais plutôt fataliste. Ça viendra quand ça devra arriver quoi. Cependant j’ai une belle vie et je pense que ma passion est la bonne. Je suis né pour ça et j’ai jamais su faire rien de mieux.

11) Le conseil de Youval aux jeunes danseurs qui débutent ?

Allez à l’école et vivez le Hip-Hop par Kiff ! Mieux vaut avoir un vrai métier et danser par plaisir que le contraire. Ecouter son grand et lui être reconnaissant.

Session dédicace, Lâche-toi ! Mais pas trop.

Move it et tous mes amis, inutile de donner de noms ils se reconnaîtront.

Merci à toi.

Ben Johnson

Crédit Photo Youval : Candice Gz

 

Voir aussi