wsd01

Retour sur le WSD 2013

ALORS ON DANSE…

De la danse en veux tu en voilà. Samedi 9 et dimanche 10 Novembre 2013 c’est dans le Nord de la France qu’il fallait être, plus précisément à Dunkerque. Ajoutez à cela le jeudi 7 pour la grande finale du Red Bull Beat It, suivi le lendemain avec le Battle B.boy France et sa grande surprise qui au final était connue de tous… Une chose est certaine, il y en avait pour tous les goûts. Même le programme de Danse avec les Stars n’a pas fait l’unanimité.

UN SHOW « STRASS ET PAILLETTES »

Il n’est pas nécessaire de revenir sur l’événement déjà archivé qui a chamboulé l’atmosphère dans le milieu Hip-Hop Breakdance ; La rencontre des poids lourds de la danse qui opposait Benji face à Lilou lors du B.boy France.

tdNotre regard c’est donc tourné vers la colossale manifestation du WSD 2013 au Kursaal de Dunkerque. Plusieurs délégations venues du monde entier ont fait le déplacement. Parmi elles le Maroc, le Brésil, la Hollande, la Corée du Sud, le Japon, la Russie, les Etats-Unis ainsi que la France qui nous a fait un remake de la Grève de Knysna en se présentant à 3 contre 6 face aux Coréens. Acte prémédité… ? Les nations se sont donc affrontées en un-contre-un (catégorie Break, Locking, Popping, Hip-Hop), en six-contre-six (catégorie Break) et en performance show.

japonnais winner

On aurait pu appeler cette manifestation « Les Jeux Olympiques de la danse ». En effet, c’est à la fin de l’événement que l’on comprenait que chaque victoire gagnée par une nation dans les diverses catégories rapportait un certain nombre de points. C’est donc la délégation Japonaise qui est sortie grand vainqueur du WSD 2013.

 

Un show strass et paillettes unique en son genre pour une première édition. Avec une retransmission en direct, une scénographie digne des plus grandes compétitions, un public en masse et des danseurs motivés. Néanmoins, on a regretté un manque de fluidité dans le déroulement des soirées et pas assez de chaleur, probablement dû à l’absence de proximité entre les danseurs, le public et les Dj’s.

L’interrogation du moment : Est-ce qu’un événement de cette ampleur peut-il conserver l’aspect Underground du Battle Hip-Hop ?

Rodrigue « Ben Johnson » LINO

Crédit Photo : Teddy Morellec et Homardpayette.

RECAP. VIDÉO DU WSD 2013

 

 

Voir aussi